Décroissance en pays Occitan et Catalan
Association pour faire vivre la décroissance dans notre région

Categories

Accueil > Actualité > UN REVENU DECENT POUR TOUS à partir de 60 ans

UN REVENU DECENT POUR TOUS à partir de 60 ans

Communiqué de presse OC - Retraites

mercredi 13 octobre 2010, par Christian Sunt

Partager la richesse produite pour permettre la satisfaction des besoins de toutes les générations.

Communiqué de presse
du Mouvement des Objecteurs de Croissance

UN REVENU DÉCENT POUR TOUS à partir de 60 ans

Partager la richesse produite pour permettre la satisfaction des besoins de toutes les générations.

Depuis 1981, année de la mise en place de la retraite à 60 ans, la production des biens et services a doublé alors que la population n’a augmenté que de 10%.
La répartition équitable et entre tous des richesses produites devrait être le souci premier d’une société respectueuse de fraternité et de solidarités générationnelles !
Aujourd’hui, compte tenu de nos besoins et de la productivité actuelle, une réduction importante du temps de travail et le maintien de la retraite à 60 ans sont tout à fait possibles.

Le système de répartition, basé sur le temps d’activité salarié est profondément inégalitaire, et dramatiquement productiviste ,car tributaire de la croissance.
Pour préférable qu’il soit à tout système par capitalisation, le système par répartition, basé sur un taux de remplacement du salaire antérieur, reste profondément INÉGALITAIRE : lié à l’idéologie productiviste, il reproduit dans la retraite les inégalités des classes sociales.

En effet, les personnes affaiblies (maladie, handicap,…) n’ont pas droit à un revenu décent, comme la majorité des personnes âgées, et les jeunes en formation se voient refuser leur autonomie de vie….
Pourquoi la retraite devrait-elle accentuer les inégalités salariales, en particulier la dévalorisation des activités manuelles et rurales ?
Pourquoi un paysan à la retraite, devrait-il bénéficier d’un revenu dix fois moindre qu’un animateur télé ?
Pourquoi la moyenne des retraites des femmes est elle de 40% inférieure à celles des hommes ?
Dans le cadre actuel, que peuvent espérer comme retraite les jeunes qui passent d’emploi précaire, en formation bidon, et qui ne parviennent à un emploi stable qu’à partir de 30/35 ans ?
  Le système capitaliste échoue à répartir ÉQUITABLEMENT la richesse collective dont, par ailleurs, une part croissante est scandaleusement accaparée par les actionnaires et les fonds de pensions. Il est temps de REPENSER la répartition sous l’éclairage de notre époque, celle de la crise du capitalisme et de l’épuisement des ressources

Ce qu’il faut c’est produire pour satisfaire nos besoins, avec sobriété et responsabilité.
Et c’est cette activité productive nécessaire que nous devons répartir entre tous pour satisfaire décemment les besoins de toute la société.

Un revenu d’existence (ou Dotation Inconditionnelle d’Autonomie), décent, permettant l’autonomie des usages dès l’âge de 60 ans.
La production aujourd’hui permet à la fois de réduire le temps d’activité pour tous, mais aussi d’accorder à tous, dès 60 ans un revenu décent équivalent au Revenu moyen, avec un bonus d’âge accordé à ceux ayant effectué un emploi pénible.
Ce n’est ni l’impôt sur le revenu, ni la taxation des salaires qui permettront l’attribution de ce revenu, quelque soit le parcours professionnel, mais la maîtrise et le partage de notre production.

Une autre organisation sociale nécessaire.
Une autre organisation sociale est nécessaire pour décider quels sont nos besoins et comment collectivement les satisfaire dans une économie sobre, relocalisée, en préservant les générations futures.
Une autre organisation sociale permettant les solidarités intergénérationnelles (de la naissance à la mort), et le partage des activités (productive, domestique, éducative, sociale et culturelle) doit se mettre en place, de façon à ce qu’aucun âge ne devienne une exclusion sociale, et que la diminution progressive d’activité physique ne se traduise pas par un sentiment d’inutilité.
Afin qu’être à la retraite de la production, conduise à mieux s’investir dans le lien social, l’accompagnement et la transmission…

Un Revenu d’Existence décent pour tous, à partir de 60 ans est la seule revendication unifiante permettant d’envisager un avenir possible et maîtrisé.

Avenir où puisse être envisagé la production économe de nos besoins, les solidarités intergénérationnelles et d’éviter de dramatiques impacts sur l’environnement

Contact : contact@ml.les-oc.info Site : http://www.les-oc.info

Si dans un premier temps, un revenu inconditionnel d’existence peut et
doit être instauré, il faut sans attendre revendiquer l’étape suivante,
celle d’une dotation inconditionnelle d’autonomie (DIA). Autant le RIE
vise en priorité à se libérer de la centralité de la valeur-travail en
osant reposer la question de la définition de son utilité sociale, autant
il ne faut pas en rester là et viser la déconstruction de la
valeur-monnaie. Pour cela, la DIA, à la différence du RIE, est une
dotation constituée en partie de gratuités et en partie de dotations en
monnaies locales complémentaires.

- Il doit s’agir d’éviter la marchandisation de la satisfaction des
besoins premiers par l’accès gratuit à l’eau, l’électricité, la
terre, l’habitat, les « besoins culturels de haute nécessité »,

- Il doit s’agir de ne plus verser un revenu en monnaie spéculative.
Si nous voulons remettre en cause le pouvoir de l’argent sur nos
vies, réencastrer l’économie dans le social, une partie de cette
dotation pourrait être versée en monnaie complémentaire,
c’est-à-dire une monnaie liée à un territoire, portée par
l’adhésion à une charte de valeurs débattues au sein d’une
instance démocratique locale.

- Surtout, la DIA ne peut être une "belle revendication" qu’à la
condition nécessaire de favoriser la désaccoutumance à la
croissance,de réapprendre l’autonomie par la maitrise de nos usages ,de
retrouver le sens de la mesure . Elle est donc nécessairement associé à un plafonnement des revenus : pas de DIA sans Revenu maximum autorisé (RMA) !