Décroissance en pays Occitan et Catalan
Association pour faire vivre la décroissance dans notre région

Categories

Accueil > Actualité > Pas de pacte budgétaire sans l’expression des citoyen(ne)s

Pas de pacte budgétaire sans l’expression des citoyen(ne)s

Lettre ouverte aux organisations et partis de gauche, et à tous les élus de gauche :

mardi 14 août 2012, par Christian Sunt

Pas de pacte budgétaire sans l’expression des citoyen(ne)s par référendum

C’est une exigence de base de la démocratie participative, valeur essentielle de la gauche

Il y a urgence pour empêcher que les finances publiques de la France soient soumises au bon vouloir de la commission européenne !

Le gouvernement Ayrault-Hollande s’oriente en effet par un simple passage par la voie parlementaire, avant la fin du mois de septembre 2012, sans consulter les français(se)s. Pourtant, le contenu du Traité pour la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance de la zone Euro (TSCG ou pacte budgétaire) n’est qu’une prolongation du traité de Lisbonne, lui-même frère jumeau du Traité Constitutionnel Européen (TCE) rejeté par référendum (54,68 %) en 2005 ! Il ne suffit pas de se contenter de l’avis du conseil constitutionnel quant à la possibilité de gérer la « règle d’or » par une simple loi. L’exigence du respect de la démocratie impose de donner la primauté au peuple pour décider de confirmer ou infirmer sa décision de 2005 quant à son choix pour une constitution européenne adaptée aux réalités sociales et écologiques, qu’un « simple » vote des députés et sénateurs ne peut pas remplacer.

Le nouveau Président ne s’était pas engagé à refuser la parole aux citoyen(ne)s pour ce sujet pourtant fondamental pour la maîtrise nationale du Budget de la France et le refus de l’inscription de la « règle d’or » et de la rigueur obligatoire correspondante (voir les exemples Grecs, Espagnols ou Italiens) dans nos textes nationaux. Aucun des nouveaux députés n’avaient inscrit cette négation de la démocratie dans ses engagements électoraux … même si certains, pourtant élus avec toutes les voix de gauche, pensent aujourd’hui que la voie parlementaire est préférable.

Plusieurs organisations (en particulier par une « lettre ouverte à François Hollande : non au « pacte budgétaire », pas d’Europe sans citoyen » déjà signée par des représentants de plus de 30 organisations ou partis de gauche, http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire) ont déjà lancé des actions pour exiger un référendum sur le pacte budgétaire. Chacune a récolté quelques milliers ou dizaines de milliers de signataire sans que la vague soit suffisante pour provoquer le débat de manière suffisante sur le plan national comme ça a été le cas en 2005 à propos du TCE. La division et la dispersion portent les risques de l’inefficacité.

Il est fondamental de passer à une échelle supérieure de s’organiser en conséquence dès le début du mois de septembre 2012, pour une initiative et une campagne nationale commune

C’est à cet effet que nous * prenons l’initiative d’inviter les organisations et partis de gauche du Gard et les élus de gauche du Gard à une rencontre pour décider des modalités de cette action. Cette réunion est prévue :

mercredi 5 septembre 2012 à 19h
dans les locaux de « solidaires » (6 rue Porte d’Alès à Nîmes)

Ce texte sera porté également dans les diverses Universités d’été qui doivent se tenir en août afin de favoriser les débats et l’organisation d’initiatives analogues dans les autres départements.

nous * = des citoyen(ne)s et des membres ou représentants d’organisations, associations et/ou partis (Alternatifs, Gauche Anticapitaliste 30, PG, FASE,Objecteurs de Croissance) réunis dans le cadre de l’initiative « ce monde n’a aucun sens, inventons-en un autre ! »