Décroissance en pays Occitan et Catalan
Association pour faire vivre la décroissance dans notre région

Categories

Accueil > Actualité > Manifestation de Barjac

Manifestation de Barjac

mardi 1er mars 2016

Intervention de Denis Bertaux à Barjac le 28 avril 2016 au nom du Collectif Viganais

Je suis membre du collectif Viganais contre les gaz et huiles de schiste, plus de 5 ans d’existence, de travail collectif, de réunions, de débats, mais aujourd’hui , nous ne pouvons ignorer une contradiction.
Un mot d’ordre qui compte beaucoup pour nous, c’est « Ni ici, ni ailleurs », et depuis l’abrogation du permis de Nant c’est devenu pour nous : « Ni ailleurs ». Car ailleurs partout dans le monde on exploite, on fore pour que nous puissions continuer à vivre selon un modèle économique et un style de vie.
Mais quel sens prend alors le « Ni ici » ?
Conventionnel ou non conventionnel, l’exploitation des hydrocarbures et plus largement aussi l’extractivisme est la cause de souffrances écologiques et humaines. Cette course effrénée à l’exploitation des ressources de la terre, pour maintenir ce modèle dans lequel nous vivons, nous a conduit à la catastrophe annoncée qu’est le changement climatique et, là encore, les premières victimes seront et sont déjà les populations les plus vulnérables.
Le « NI ici » n’a donc plus de sens, car si nous voulons continuer à vivre comme nous le faisons ,soyons cohérents et allons chercher les ressources sous nos pieds plutôt qu’ailleurs.
Pour résoudre cette contradiction, nous devons donc soit forer « Ici », soit ne plus forer « Ailleurs ».
Pour nous, militants et collectifs, cela devrait passer par une élaboration politique de nos discours et de leur mises en pratique.
Les gaz de schiste ne doivent pas être notre seule préoccupation et notre communication devrait porter sur des réalités comme Notre Dame des Landes, l’état d’urgence, les réfugiés, TAFTA, etc.
Ce qui est grave ce n’est pas seulement qu’ils veuillent forer à Barjac.
Ce qui est grave c’est qu’ils forent partout ailleurs.
Ce qui est grave, c’est tout ces grands projets inutiles qu’ils veulent nous imposer.
Ce qui est grave c’est que des milliers de réfugiés attendent de crever aux portes de l’Europe.
Ce qui est grave c’est que nos soit disant élites qui nous dirigent ne nous représentent pas.
Ce qui est grave c’est qu’ils servent les intérêts des entreprises et des banques.
Ce qui est grave c’est que nous ne sommes plus en démocratie.

Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend.

Voir en ligne : http://reporterre.net/A-Barjac-15-000-manifestants-contre-le-gaz-de-schiste