Décroissance en pays Occitan et Catalan
Association pour faire vivre la décroissance dans notre région

Categories

Accueil > Actualité > Interpellation publique du conseil général du Gard , 14 juin

Interpellation publique du conseil général du Gard , 14 juin

concernant la dangerosité du centre nucléaire de Marcoule

vendredi 8 juin 2012

La session du Conseil Genéral à Nimes -30 ouvre à 9h30, aussi nous donnons rendez-vous dès 9h, pour être bien visibles à l’arrivée des conseillers et des médias.

Lettre ouverte

Monsieur le président du conseil général,
mesdames et messieurs les conseillers généraux,

Par courrier du 2 avril dernier, nous avons attiré votre attention sur la dangerosité du centre nucléaire de Marcoule et demandé audience à tous les groupes du conseil général. À ce jour, une seule réponse nous est parvenue .
Cette dangerosité a des causes multiples liées aux activités qui y sont développées depuis près d’un demi siècle, et en particulier à l’industrie du plutonium, substance la plus nocive que l’humanité ait générée. Divers accidents et catastrophes récents montrent que nous ne sommes jamais à l’abri d’une défaillance technologique ou humaine.

Le risque est considérablement aggravé par le fait que ce centre est bâti sur une zone sismique active. Le tremblement de terre destructeur de Lambesc en 1909 (de magnitude proche de 6 sur l’échelle de Richter) et les secousses qui ont fait trembler différents points de la région depuis un an nous le rappellent. Par ailleurs, un acte de malveillance n’est jamais à exclure.

D’autre part, le site de Marcoule est autorisé à rejeter en permanence dans l’eau et dans l’air, entre autres ,des quantités importantes de tritium contaminant l’environnement et les productions agricoles tels que les vignobles.
Le conseil général est responsable de la protection des populations du département. Or, l’activité du centre nucléaire de Marcoule fait peser de graves menaces, non seulement dans un rayon de quelques kilomètres, mais plus largement à l’ensemble de la population de plusieurs départements. Une catastrophe nucléaire à Marcoule, tout à fait possible, toucherait gravement les
villes de Bagnols-sur-Cèze, d’Uzès, d’Alès, de Nîmes et toutes les campagnes environnantes. Les productions agricoles auraient à être détruites, et les activités touristiques abandonnées.

Nous sommes convaincus que la probabilité d’un tel accident est significative, aussi nous insistons pour que le conseil général s’engage à :
• réclamer et imposer l’arrêt de la filière plutonium, filière de la plus haute radiotoxicité et dangerosité,
• s’opposer à la construction du nouveau prototype Astrid prévu par l’État, réacteur dit de 4e génération fonctionnant au plutonium,
• appeler le CEA à organiser la fin des productions nucléaires de Marcoule, et à
transformer le centre en pôle international d’expérimentation du démantèlement
nucléaire, en centre de développement des technologies d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Certes le conseil général n’a pas de pouvoir décisionnaire dans le domaine de l’activité du centre nucléaire de Marcoule, mais l’émission d’un voeu permettrait de peser sur les décisions à venir de l’État. Par de tels engagements, le conseil général du Gard s’honorerait de protéger les populations menacées, de maintenir et de développer l’emploi dans le bassin rhodanien et ainsi se
tourner vers l’avenir.
À défaut, en cas d’accident majeur, ce qui est malheureusement devenu statistiquement probable, le conseil général serait appelé à en organiser la gestion, tels la protection et le déplacement de la population ainsi que le recrutement de liquidateurs .
Êtes-vous prêts à être liquidateurs ?

En ne vous engageant pas, ne serez-vous pas alors accusé(e)s de complicité de
négligence, et de non assistance à personne en danger ? Responsables mais pas coupables ?
Après les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima, vous sera-t-il possible, alors, de dire, « Nous ne savions pas » ?
Pour toutes ces raisons, monsieur le président, mesdames et messieurs les
conseillers, nous serons présents à la session du 14 juin pour vous interpeller
publiquement sur ce sujet.
Nous vous prions de recevoir monsieur le président du conseil général, mesdames et messieurs les conseillers généraux, l’expression de nos salutations citoyennes.

Collectif Cévennes Garrigues stop au nucléaire,
Attac groupes d’Alès et de Nîmes,
Collectif Halte au nucléaire de Nîmes,
Collectif SDN 34,
Confédération paysanne 30,
Convergence citoyenne pour la transition énergétique,
Groupe Gard Vaucluse de la Fédération anarchiste,
Impatience Démocratique Anduze,
Les Alternatifs,
Nature et Progrès Lozère