Décroissance en pays Occitan et Catalan
Association pour faire vivre la décroissance dans notre région

Categories

Accueil > Agenda > Du 11 au 13 mars , 2e édition de la ZEP

Du 11 au 13 mars , 2e édition de la ZEP

jeudi 3 mars 2016

Du 11 au 13 mars 2016
Le Collectif Vent Debout Lozère
organise la 2e édition de la ZEP

à la salle des fêtes de Bédouès (3km de Florac)

des éditeurs, des conférences, des débats des projections, du théâtre, de la musique

Tout au long du week-end
Ouverture le matin (samedi et dimanche) à 10h
Tables de livres avec les éditions : Utopia, la Decouverte, le Passager Clandestin, Libre et Solidaire, l’Insomniaque, les Éditions Libertaires, Le monde à l’envers,...
Tables de collectifs de lutte :Pièces et Main , d’oeuvre, Collectif « Non a la zone artisanale de Cocurès », SOS Foret Cevennes, Collectif anti gaz de schiste, Collectif Cevennes sans frontières, Reseau education sans frontière…
Tables de bibliothèque et librairie alternatives : La Rétive, Scrupule, Vent Debout...
Exposition sur les « Pollutions minières en France »)
Espace enfant : pour profiter en toute quiétude
Buvette et restauration (le prix est libre mais non gratuit)
Mur d’expression libre (a vos crayons !...)

Vendredi 11 mars - 20h30
Projection du film - « Je lutte donc je suis » de Yannis Youlountas – suivie d’un débat
De Grèce et d’Espagne, un vent du sud sur l’Europe, contre la résignation. Dans les villes et les campagnes, dans les îles et les montagnes, au cœur des luttes et des alternatives en actes, des femmes, des hommes, mais aussi des enfants refusent de baisser les bras. Une même devise résume leur courage de résister, leur joie de créer et leur persévérance a toute épreuve : "JE LUTTE DONC JE SUIS" (prononcer
"AGONIZOMAI ARA IPARKO" en grec et "LUCHO LUEGO EXISTO" en espagnol).
Quelques mots pour vivre debout, parce que rester assis, c’est se mettre a genoux. Une brise marine, souriante et solidaire, de Barcelone a Athènes et d’Andalousie en Crète, qui repousse les nuages du pessimisme. Un voyage palpitant en musique, d’un bout a l’autre de la Méditerranée, en terres de luttes et d’utopie.

Samedi 12 mars
11h - projection du film "Ce sont des Hommes" de Matthieu Quillet
Suivie d’un débat en présence du réalisateur
Calais, juin 2009, un camp No Border s’installe près d’une des « jungles » où transitent les migrants en attente d’un éventuel passage vers le Royaume-Uni. Un important déploiement de forces de l’ordre surveille ce lieu d’échange entre clandestins et militants prônant la suppression des frontières et la libre circulation des personnes. Tout au long de l’année, la police détruit les campements de fortune, évacue des squats, interpelle...
Intimidations, poursuites, vexations, violences sont monnaie courante. Ces femmes et ces hommes vivent dans la peur et la détresse ; leur situation serait intenable sans l’action d’associations locales qui les nourrissent, les habillent. Face a cette situation, des militants anglais, néerlandais, allemands décident d’installer une permanence de « No Border » a Calais et tentent de donner un tour plus politique a la contestation. Le réalisateur, parfois face a des forces de l’ordre agressives, recueille les témoignages de ceux qui ne cherchent qu’a être reconnus comme des êtres humains.

14h - Discussion avec Renaud Garcia autour de son livre « Le désert de la critique,Déconstruction et politique »
Comment critiquer de l’intérieur la fuite en avant groupusculaire des milieux « radicaux » sans se laisser intimider d’un côte par les apôtres de la déconstruction (assimilant un tel discours a de la nostalgie réactionnaire) et d’un autre côte par des récupérations opportunistes de la part de l’extrême droite (sous l’aspect de la déploration de la perte des repères) ? Et puisqu’une critique seulement négative ne suffit pas, il s’agira aussi d’ouvrir ensemble des pistes pour proposer autre chose en termes de discours et de pratiques anticapitalistes.

15h30 - Conférence suivie d’un débat avec le Collectif Pièces et Main d’oeuvre
« Technologie, technocratie, transhumanisme »
Pièces et main d’œuvre (PMO) considère que la technologie est le fait majeur du capitalisme contemporain, de l’économie planétaire unifiée. La technologie est la
continuation de la guerre, c’est-a-dire de la politique, par d’autres moyens. Si la police est l’organisation rationnelle de l’ordre public et la guerre un acte de violence pour imposer sa volonté a autrui, cette rationalité et cette violence fusionnent et culminent dans la technologie, par d’autres moyens. La technologie, c’est le front principal de la guerre entre le pouvoir et les sans-pouvoir, celui qui commande les autres fronts. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas d’autres fronts, mais que chaque innovation sur le front de la technologie entraîne en cascade une dégradation du rapport de forces entre le pouvoir et les sans-pouvoir sur tous les autres fronts.
Ceux qui bricolent a Pièces et main d’œuvre sont des animaux politiques, des enquêteurs critiques, des luddites et des chimpanzés du futur, actuellement grenoblois.

18 h - Pièce de Thèâtre « Salauds de pauvres »
Mise en scène : Véronique COIRRE, Cie Cycle 28 – groupe amateur de la maison familiale rurale de St Hyppolite du Fort
Une adaptation théâtrale déjantée et humoristique du livre d’ATD Quart Monde. « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté ».
Montee par un groupe de citoyens, comediens amateurs, animes par la volonte de tordre le cou aux prejuges et aux stereotypes sur les pauvres et la pauvrete, la pièce a pour ambition que les « pauvres » cessent d’etre les boucs emissaires des maux de nos societes, et deviennent des partenaires a part entière dans la construction d’un monde plus juste.
Avec humour et fantaisie, quelques uns des prejuges les plus tenaces sont passes en revue....

21h - Concert avec Ouest Causse - Radikal variet é

Dimanche 13 mars

11h - Projection du film « Cas d’école » de Gilles Balbastre - suivie d’un débat
Retour sur la lamentable couverture médiatique du suicide d’une collégienne de 12 ans.
Tous les ingrédients sont présents : coupables désignes, racolage, désinformation... Les grands médias dans toute leur splendeur.

14h - Projection du film « Istmeño, le Vent de la révolte » de Alessi Dell’Umbria
Suivie d’un débat
Des communautés indigènes de l’Isthme de Tehuantepec au Mexique luttent contre les méga projets de multinationales qui veulent transformer la région entière en parc éolien.
Dans cette chronique de la résistance, les communautés s’expriment sur le risque de
disparition de leurs coutumes locales festives, des palmeraies, de la pêche, de l’élevage, de l’agriculture du maïs sans OGM. Personnages sympathiques et forts qui tiennent un discours sain et spontané.