Décroissance en pays occitan et catalan

un site pour décoloniser notre imaginaire du mythe de la croissance

Accueil > Groupes locaux > Cévennes > Confinement et répression

Confinement et répression

lettre I A C A M ! Infos Anti-autoritaires en Cévennes à l’Assaut des Montagnes !

jeudi 9 avril 2020, par Gilles Q.

CONFINEMENT ET RÉPRESSION : TROP C’EST TROP

Face à la répression mise en place avec le confinement, encore plus horrible, violente et inacceptable que ce qu’on aurait pu imaginer d’un état d’urgence sanitaire, il parait important de contester, résister, crier notre colère...

Il ne s’agit pas de remettre en cause la nécessité de se confiner, le problème du virus, les besoins de mettre en place des modifications de nos comportements (éloignement des corps, gestes de protection et d’hygiène) pour lutter contre l’épidémie.
A ce sentiment d’impuissance déjà habituel (nous protestons, manifestons, mais rien ne change), s’ajoute le confinement avec sa répression... Et là c’est trop.
Ne faut-il pas s’opposer à cette répression qui nous inflige un confinement autoritaire, totalitaire, arbitraire, inégal, liberticide et abusif ? Pourquoi ne pas mettre en place auto-organisation et entraide plutôt que répression si c’est pour notre bien ?
Ne nous résignons pas dans ce confinement qui étouffe, bloque... Essayons, tentons de résister à la répression, par exemple en la dénonçant et en contestant les amendes... à défaut de pouvoir faire mieux.
TÉMOIGNER ET DÉNONCER
De nombreux témoignages dénoncent cette répression. Visibilisons les un maximum en postant des vidéos et récits de ces abus et cette violence... Pour n’en citer que 2 :
• Groupe public facebook : Confinement et répression
Verbalisé parce que :

**CONTESTER

Les amendes, d’un montant énorme, pleuvent. L’état d’urgence sanitaire (régime d’exception) n’interdit pas de les contester.
Contestons donc toutes les amendes, qu’elles semblent « justifiées » ou non, en partant du principe que remplir un papier pour aller faire des courses ou un jogging est totalement liberticide et inacceptable.
• Refuser de de signer les contraventions semble être la première étape pour montrer son désaccord.
• Refuser de fournir son identité peut aussi s’imaginer... (délit, qui expose à une vérification d’identité au poste).
• Enfin, dans les 45 jours qui suivent l’avis de contravention, on peut contester :
- par internet : sur le site de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions
(ANTAI :)
- par courrier recommandé, en formulant une « requête en exonération » auprès de l’officier du ministère public (OMP).
Passé ce délai de 45 jours, l’amende forfaitaire de 135 € est majorée à 375 € et les usagers disposent aussi d’un nouveau délai de 30 jours afin de réaliser une « réclamation ». Celui qui conteste doit apporter la preuve qu’il a été verbalisé de manière abusive.
Cette épidémie grave et sérieuse, ne justifie pas la répression qui rappelons-le n’a jamais sauvé des vies. J’en appelle plutôt à l’entraide et la solidarité.
Voir aussi ATTESTATION SMARTPHONE AVEC QR COD


Voir en ligne : Lettre d’info IACAM