Décroissance en pays occitan et catalan

un site pour décoloniser notre imaginaire du mythe de la croissance

Accueil > Groupes locaux > Cévennes > Appel à la tolérance en Cévennes

Appel à la tolérance en Cévennes

mardi 23 mars 2021, par Des habitants des Cévennes

Début mars un groupe de jeunes a investi l’hôtel des Cévennes, abandonné depuis 15 ans, à Saint-Julien-des-Points, en Lozère.
Très vite, un climat de chasse aux sorcières a été organisé contre cet événement inattendu qui augure pourtant d’une résurrection de ce bâtiment délabré.
Ce ne sont pas les besoins de ces jeunes de trouver un toit qui ont été entendus, c’est un portrait de dangereux « squatteurs » et activistes qui a été martelé :

  • aussi bien par un adjoint de la municipalité de St-Julien-des-Points, organisant des manifestations hostiles ouvrant la voie à une escalade violente (samedi 13 et 20 mars),
  • aussi bien par les articles successifs du rédacteur en chef de La Lozère nouvelle, visant au lynchage médiatique des occupants-es, notamment avec des insinuations racistes (L.L.n, 4 et 11 mars 2021) et homophobes (L.L.n, 18 mars 2021),
  • aussi bien par le relevé systématique par les forces de gendarmerie des identités de tous les visiteurs sympathisants des occupants, pratique à portée dissuasive qui signifie clairement que toutes ces fréquentations sont à surveiller et à
    ficher,
  • voire même par la coupure brutale des lignes électriques par Enedis, en rupture illégale avec le contrat commercial de fourniture d’électricité signé entre les occupants et Enercoop.

Susciter la peur et la brutalité, criminaliser l’expression de besoins sociaux, cela relève de mœurs politiques dégradées.
Nous demandons que cesse ce climat de chasse aux sorcièreset que les besoins de ces jeunes, même s’ils sont pour l’instant occupants sans titre, soient pris en compte en rapport avec l’absurdité de ce bâtiment abandonné depuis 15 ans.
Nous, habitants de la Vallée Longue et des alentours, ne voulons en aucun cas qu’un drame se déroule sur notre territoire.
Nous appelons au retour au calme, à l’apaisement, au respect mutuel.

NON à l’escalade de la violence !
NON à l’incitation à la zizanie !
NON à la vindicte populaire !
NON aux menaces, non aux intimidations !
NON à l’ensemencement de la haine !
OUI à la mise en place de médiations, à l’écoute des parties !
OUI à la dignité des échanges, au respect des points de vue !
OUI à la sécurité physique et morale de chacun !

Pétition

Je m’associe à cet appel.
Merci d’indiquer en message votre commune et votre profession

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

120 Signatures
Date Nom Message
29 mars Zimmermann
26 mars Werner site web Fin aux repressions!
24 mars Vincent Tardieu
23 mars Vincent Reignier Libraire habitant Ventalon-en-Cévennes
29 mars VERSEILS Jacques
28 mars Vandersteen En soutien aux jeunes qui ont des projets pour des lieux morts dépuis longtemps
1er avril Tréheux Educatrice St Jean du Gard
1er avril Thuillier Bruniquel (82) enseignante
1er avril Thouvenin
24 mars Sunt Wilhem J'ai un proche qui vient d'y passer le week end. Son rapport est éloquent : Le maire adjoint d’extrême droite, soit disant biker (les vrais apprécieront surement la spoliations leur mouvement), mais en réalité, bien plus proche de la ligue du midi, a fait appel à ses escouades de brutes (une trentaine) qui molestent et font fuir les gens qui tentent de monter soutenir ou rencontrer les jeunes occupants qui sont terrorisés. Plusieurs personnes ont été frappés jusqu'à rupture d'arcades sourcilières, menacés de viols et autres. Les gendarmes et citoyens ne peuvent que constater sans pouvoir agir contre ces infractions délibérés à la libre circulation des personnes (droit civil), aux menaces et coups et blessures (droit pénal). Mon ami a été traité de "sale gitan" (infraction pénale de discrimination et appel à la haine) par les petits nazillons fraichement importé dans nos Cévennes. Le préfet va t il faire valoir le droit républicain et demander l'arrestation de ces miliciens fascistes et de leur commanditaire (le maire adjoint) ? Ou va t il falloir que les citoyens sans défenses appellent au secours les groupes d'actions antifascistes locaux ? Je vous rappelle qu'on est en Cévennes et que chez nous c'est "no pasaran" ! Alors n'en déplaise à la ligue de la haine : ici, vous n'êtes pas les bienvenus, passer votre chemin... Mais c'est peut-être un climat de guerre que souhaite cet élu nauséabond ? Pour ce faire un peu plus victimiser alors qu'il est le principal instigateur de la haine et de violence qui est en train de prendre forme, uniquement pour ses intérêts privés. Ne laissons plus les jeunes à la rue sans défense face au élus réactionnaires qui méprennent la constitution de la V° république Française qui pourtant garanti la sécurité à tous ses citoyens. Si l’État, par l'intermédiaire de ses préfets, démissionne face à ses obligations, soyons nombreux à venir soutenir et protéger les jeunes occupants jusqu'à résolution des problèmes. No pasaran !
28 mars Sunt Chritian Forestier en Cévennes, gérant d'un GFA Il est temps que les habitants des Cévennes s'interrogent sur des pratiques (et des politiques publiques) que nous avons intitulé " la Lubérisation des Cévennes" : Les aides accordées à l'habitat à l'usage du tourisme, la vente de propriétés agricoles à des résidents secondaires parfois lointains( mais fortunés) entrainant une hausse phénoménale de l'immobilier ( et aussi des terres) , privent notre jeunesse et celle qui veut rompre avec la désastreuse métropolisation de l'accès à l'installation , augmentent la désertification rurale et la ruine de nos aménagements montagnards ( béals , terrasses , retenues). Cela a pour conséquence de nous priver des ressources possibles de notre territoire et de nous rendre dépendant d'un commerce de plus en plus éloigné . Il nous faut réagir et nous réapproprier l'usage de notre patrimoine. Les Collectivités locales doivent y prendre leur part , mais c'est à nous , habitants , d'impulser ces réquisitions nécessaires !
3 avril Simon philippe Tres bien le texte. Je diffuse.
7 avril selleret
28 mars Sedira Artiste-peintre retraité à Nîmes-30000. Si la lettre de la loi de réquisition des logements vacants a disparu en 1998, avec la loi de 1948 portant sur les "surfaces corrigées" locatives, son esprit ne saurait disparaître, la nécessité faisant loi. Que des jeunes et moins jeunes gens sans toit aillent au plus direct en occupant une bâtisse laissée à l'abandon de puis 15 ans, est une sacrée "économie de temps et d'énergie" !
4 avril Savajol Retraitée à saint julien des points. Construire des projets ensembles
28 mars sarah Gabriac,artiste peintre plasticienne dans l'expectative. La Terre aux Artichauts et à ceux qui les cultivent! et les maisons aux habitants!
25 mars Ruano
24 mars ROLLAND on pourrait laisser ces jeunes faire leurs preuves, quoi
28 mars ROBERT Janine BEDOUES
24 mars RIBAUTE Alain On peut ne pas approuver tous les propos et gestes des occupants de l'hôtel, notamment la remise en cause sur un évènement particulier et le comportement inadmissible et décalé des gens de la mairie de St.Julien, ce qui fait 'héritage culturel et historique de toute une région. De même, bruler un drapeau français, est un geste inutile et à a portée symbolique douteuse. Néanmoins leur action, si elle est illégale, est parfaitement légitime. L'occupation de cet hôtel, n'a pas de grandes conséquences, même si c'est un lieu privé, il était à l'abandon depuis longtemps et les projet d'aménagement plutôt lointains ! La municipalité de Saint Julien se serait grandie à parler avec eux, et à prendre en compte les problèmes sociaux que révèle cet évènement, notamment le problème cruciale d’accès au logement dans les Cévennes, pour les personne n'ayant pas de revenus suffisants. Ce sont donc, dans cette affaire, plutôt les gens de la mairie qui posent problème!!

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100